Qu’est-ce que la plongée Trimix ?

« TRIMIX » est une contraction de deux mots, le premier étant celui de mélange (mix) et de trois (tri) qui équivaut aux trois gaz que les plongeurs retrouvent dans les bouteilles de Trimix. Nous pouvons parler aussi de « mélange ternaire ».

Pour la plongée sportive, le mélange Trimix est toujours constitué d’oxygène, d’azote et d’hélium. Seulement les pourcentages de gaz changent en fonction du calcul effectué par le plongeur selon la profondeur à atteindre.

La plongée en Trimix permet également d’augmenter sa sécurité pendant les plongées profondes, c’est-à-dire au-delà de 50 mètres. Ainsi les plongeurs profitent davantage de la découverte des environnements des fonds marins et ce jusqu’à 70 mètres de profondeurs.

Les mélanges Trimix sont catégorisés selon trois groupes :

  • Normoxique : la teneur en oxygène est de 21% comme dans l’air.
  • Hyperoxique : la teneur en oxygène est supérieure à 21%.
  • Hypoxique : la teneur en oxygène est inférieure à 21%.

La plongée Trimix utilise les tables de décompression spécifiques afin de mettre en avant les différents mélanges sur-oxygénés. Ces mélanges sont majoritairement binaires, ils comprennent alors l’O2 et l’Azote, cependant, ils peuvent également être ternaires, ils sont alors composés d’O2, d’azote et d’hélium. La gestion des mélanges pour les sorties en plongée doit être faite par des plongeurs qui ont reçu une formation technique et théoriques appropriées.

Plongée technique, plongée sous-marine, plongée en Trimix, les risques du Trimix, Trimix en Côte d'Azur

LES BENEFICES

La plongée au Trimix permet de réduit les effets narcotiques de l’azote, c’est-à-dire un état inconscient proche du sommeil ou de l’hypnose mais dont on ne peut sortir avec de simples stimulations. Cette sensation est souvent ressentie lorsqu’un plongeur respire de l’air au-delà de -35 mètres de profondeur.

Elle permet également de contrôler la toxicité de l’O2 pendant les plongées.

La technique Trimix c’est aussi moins de paliers qu’avec l’héliox, pour les plongées inférieures à 2 heures.

De plus, la densité est inférieure à celle de l’air, cela permet alors un meilleur travail des détendeurs en profondeur et ça diminue les risques d’essoufflement.

RISQUES ET ACCIDENTS

L’hyperoxie est une augmentation anormale de l’oxygène dans l’organisme, donc à plus de 21%. La pression habituelle d’une artère est entre 170 et 500 hPa, si elle dépasse ce dernier on peut parler d’hyperoxie. Cette accumulation de l’oxygène provoque une surproduction de radicaux libres qui abiment les membranes cellulaires. L’hyperoxie se traduit par des spasmes violents et des convulsions. Puis une reprise de la conscience progressivement. Une personne souffrant d’hyperoxie doit être prise en charge par les urgences avant d’atteindre des effets neurotoxiques.

La crise d’hyperoxie vient avec certains symptômes tels que les troubles de la vision et de l’audition, des tremblements musculaires, des nausées, des vertiges et des picotements autour de la bouche.

Où faire de la plongée Trimix en Côte d’Azur ?

Alpes-Maritimes



Var