Cet article est la suite du précédent article « Médecine subaquatique : Médicaments et plongée  » écrit par Bryan Levano.

PRÉPARATIONS POUR LA MAL DE MER

« Malheureusement, le mal de mer, une fois commencé, peut difficilement être interrompu. Le médicament doit, en règle générale, être pris avant d’embarquer dans le bateau. Toutes les préparations en vente libre sont des dérivés antihistaminiques et ont des effets sédatifs, potentiellement dangereux en immersion, qui ont été discutés auparavant. De nombreux plongeurs sont familiers avec les patchs de scopolamine (Transcop). Ces correctifs doivent être appliqués au moins quatre heures avant l’embarquement, pour avoir un bon effet. Les effets secondaires possibles sont : la somnolence et la confusion mentale, bien que généralement peu évidentes, peuvent être particulièrement importantes pour un plongeur. »

TRAITEMENTS NON PHARMACOLOGIQUES POUR MAL DE MER

« Il existe également des traitements non pharmacologiques qui ont un résultat équitable, tels que les bracelets Seaband ou similaires. Ces remèdes fonctionnent avec le principe de l’acupression, grâce à la stimulation du point de Neiguan, situé trois doigts au-dessus du pli du poignet, du côté palmaire, entre les deux tendons fléchisseurs centraux. Les bracelets élastiques ont un bouton en plastique qui comprime le point Neiguan. Dans certains cas, la stimulation de ce point d’acupression peut arrêter la nausée même après son apparition. »

MÉDICAMENTS ANALGESIQUES ET INFLAMMATEURS ORAUX ANTI BANQUES

« Ces médicaments sont divisés en trois grandes catégories, l’acétaminophène et le paracétamol, les salicylates et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). En cas de traumatisme ou de blessure, le corps produit des prostaglandines, des substances actives et multifonctionnelles qui agissent dans tout le corps et sont les médiateurs de l’inflammation (gonflement, rougeur) et de la douleur. Les salicylates et les AINS inhibent la production de prostaglandines et soulagent la douleur et l’inflammation. Les effets secondaires les plus fréquents sont la nausée et l’ulcération gastro-intestinale. De fortes doses d’aspirine peuvent également provoquer des acouphènes (bourdonnements dans les oreilles) et des saignements.



Médecine subaquatique, médicaments, plongée sous-marine, Côte d'Azur

En dehors de ces effets secondaires, la raison même pour laquelle le médicament est pris peut-être la vraie contre-indication à la plongée. De plus, la prise de médicaments ayant un pouvoir analgésique peut masquer un trouble de décompression possible jusqu’à plusieurs heures après l’émergence. »

PHARMOSENSIBILISATION PAR DES DROGUES

« Beaucoup ne savent pas que certains médicaments peuvent augmenter la sensibilité de la peau à Ultraviolent A et B les rayons du soleil ou de la cause photoallegie et phototoxicité, ce qui est une réaction allergique, qui peut se manifester sous la forme d’un eczéma et vous pouvez également les retrouver sur les zones non exposées dans la lumière. Il est plus courant phototoxicité, ce qui est une réaction allergique, mais une situation dans laquelle le ultraviolenta de médicament absorbe le rayonnement et décharge l’énergie dans la peau, causant des dommages aux cellules locales. Les deux types de réactions peuvent avoir lieu immédiatement ou tardivement. »

ADDITIFS NUTRITIONNELS ET PRODUITS NATURELS OU HOMÉOPATHIQUES

« Nous devrions porter attention à ces produits, trop souvent considérés comme naturels et donc non dangereux. Les actions et les interactions entre ces substances sont souvent inconnues, ainsi que toute interaction avec d’autres drogues et comportements sous pression. Surtout si la substance n’est pas encore bien connue de ceux qui l’utilisent, il est toujours conseillé de faire très attention et de faire preuve de la plus grande prudence. »

Comment pouvez-vous vous protéger si vous êtes obligé de prendre le médicament photosensibilisant ?

« Le meilleur conseil est d’éviter ou de limiter l’exposition au soleil. Les écrans solaires peuvent offrir une certaine protection, mais la plupart d’entre eux ne bloquent que les ultraviolents B, tandis que les radiations de type A sont les plus fréquemment impliquées dans les phénomènes de photosensibilisation. Le dioxyde de titane est capable de bloquer les rayons UVB et UVA, alors qu’ils sont d’éviter les écrans solaires qui contiennent des ingrédients tels que : bergamote, bois de santal, benzophénones, PABA, cinnamates, les salicylates, antanilati, PSBA, mexenone et oxybenzone, les substances qui eux-mêmes peuvent provoquer une photosensibilisation. »

CONCLUSION

« Avant d’utiliser un médicament pendant une plongée, essayez-le pour vous familiariser avec les effets secondaires indésirables. Ceci est particulièrement important pour les médicaments qui peuvent causer de la somnolence. En cas de doute, consultez votre médecin ou appelez DAN.  »