////Médecine subaquatique : Le froid et la plongée sous-marine

Médecine subaquatique : Le froid et la plongée sous-marine

L’homme est dit « homéotherme », il garde sa température à 37 degrés peu importe les conditions de l’environnement. Le corps humain produit de la chaleur grâce à son métabolisme interne (combustion des protides, des hydrates de carbone et surtout des lipides). Il perd de la chaleur à cause d’échanges thermiques à travers la peau et ce de trois manières différentes :

  • par conduction
  • par rayonnement
  • par convection (seul ce système d’échange est actif dans l’eau).

Dans certains cas et dans les limites physiologiques, le corps peut lutter contre le froid en augmentant sa production de chaleur métabolique (thermogenèse) et en diminuant la dispersion calorique par vasoconstriction cutanée, réduction de l’évaporation cutanée, diminution de la surface d’échange avec le milieu ambiant, c’est-à-dire la position du corps.  L’hypothermie peut survenir à cause de différents facteurs :

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX

  • Température de l’eau
  • Durée d’exposition
  • Matériau isolant utilisé
  • Mélange de gaz utilisé

FACTEURS PHYSIOLOGIQUES

  • Somatotype
  • Activité pendant l’exposition
  • Degré d’adaptation au froid
  • L’utilisation de substances telles que l’alcool ou la marijuana qui induisent une vasodilatation ou préviennent la vasoconstriction à la tête, les aisselles et l’aine la perte de chaleur est plus grande

Réaction du corps en fonction des différentes températures

Lors de très basses températures, le corps prend un certain nombre de réactions de défense pour essayer de maintenir la température centrale. Dans une première phase de compensation (température centrale entre 37°C et 34°C) il y a une image de défense maximale avec des frissons, une pression sanguine accrue, un mouvement sanguin vers des organes profonds mieux protégés, des contractions musculaires, une consommation accrue d’oxygène, des changements de sensibilité irritabilité.

Dans une deuxième phase, la température centrale est abaissée entre 34ºC et 27ºC. Des troubles graves commencent à se produire : arythmie cardiaque, diminution de la pression artérielle, raideur musculaire accrue, engourdissement avec anesthésie et engourdissement.

Dans une troisième phase, le corps continue de refroidir, la mort survient lorsque la température centrale atteint environ 25ºC. Il existe un deuxième système de refroidissement, rare et sans lutte, qui se produit lorsque les différents systèmes de défense sont bloqués c’est-à-dire avec un coma ou une narcose. L’organisme est ensuite hiberné. Dans certains cas, la température centrale peut atteindre des valeurs très basses, jusqu’à 18ºC, pour un cas connu, sans dommages sérieux.



Le froid et la plongée, plongée sous-marine, Médecine subaquatique, Côte d'Azur, conseils de plongée

Température de l’eau et immersion

Le plongeur, contrairement au naufragé, peut effectivement se protéger du froid. Dans l’intervalle d’une heure, dans l’eau à 5ºC, on estime que 50% des individus immergés sans vêtements périssent. Dans les mêmes conditions, un plongeur équipé de néoprène résiste sans problème majeur. La température de l’eau est la principale cause de refroidissement. Prenons un exemple, si nous voulons une plus de rigueur scientifique, les mouvements des feuillets liquides au contact de la peau, le temps passé, le travail doivent être pris en compte.

  • Entre 22ºC et 30ºC l’immersion sans protection est parfaitement tolérée.
  • Entre 16º C et 20ºC, un soumis est recommandé car il diminue la perte de chaleur par convection cutanée.

En dessous de 16º C une protection adéquate est nécessaire, cela signifie des vêtements en néoprène dont l’efficacité protectrice diminue avec la profondeur (en raison de la réduction du volume d’air à l’intérieur du néoprène), vêtements imperméables, vêtements à volume constant, et enfin une combinaison de vêtements de circulation d’eau chaude et de réchauffeurs de gaz inspirés.

L’expérimentation a mis en évidence l’importance de la protection de la nuque, où se situe la moelle allongée, un organe contenant les centres nerveux des principales fonctions vitales et de la tête. La capuche usée est fortement recommandée même si la température de l’eau permet de plonger sans. Il est également important de protéger l’aine et les aisselles. Dans l’eau, il est plus facile de se protéger du froid que de la chaleur. Quand on dépasse les 30ºC à 35ºC, selon si l’individu est au repos ou non, la dispersion calorique devient nulle. Les effets sont l’effondrement, le coup de chaleur et bien d’autres syndromes.

Par | 2018-05-18T17:16:53+00:00 avril 17th, 2018|Médecine subaquatique|Commentaires fermés sur Médecine subaquatique : Le froid et la plongée sous-marine

À propos de l'auteur :